Actualités de la Sfµ

Prix Favard - Sciences de la vie, 2019


Pedro Baraçal de Mecê (ONERA Châtillon), a été recompensé pour sa thèse intitulés « 4D exploration of the retina for adaptive optics-assisted laser Photocoagulation »
Retrouvez son interview ci-dessous.

Sfµ. Qu'est-ce que la microscopie vous a apporté au cours de votre doctorat ?

Ma thèse traite de l’utilisation des ophthalmoscopes, c’est-à-dire des microscopes permettant d’imager la rétine, pour le guidage des chirurgies laser de la rétine humaine. Pendant ma thèse, le recours à la microscopie a ouvert une nouvelle perspective médicale : une chirurgie laser guidée par l’imagerie à haute résolution, permettant une précision cellulaire (micrométrique), diminuant ainsi les risques de dommages collatéraux. En plus de l’application chirurgicale, j’ai beaucoup apprécié observer et analyser les images acquises in-vivo des différentes couches de neurones et des vaisseaux qui composent la rétine. Cela a sans doute augmenté ma curiosité et mon désir de mieux comprendre les mécanismes responsables de la vision et ceux qui sont à l’origine de certaines pathologies ophthalmiques, mais aussi neuro-dégéneratives.

Sfμ. Comment avez-vous eu connaissance du Prix Favard ?

J’ai eu connaissance du prix Favard par un des rapporteurs de ma thèse, également lauréate du Prix Favard en 2007, Delphine DEBARRE, aujourd’hui chargée de recherche au LIPhy à Grenoble. Je l’en remercie !

Sfµ. Est-ce que ce prix a déjà eu des conséquences sur votre parcours ?

Je vois, aujourd’hui, deux conséquences principales. D’abord, une plus grande visibilité dans la communauté, par exemple, grâce à la présentation de mes travaux lors du congrès de la SFµ, où de nombreuses personnes sont venues me féliciter et me partager leur intérêt pour mes travaux, ce qui est très encourageant. Ensuite, une reconnaissance de la pertinence de mes travaux de thèse et de l’utilisation des techniques microscopiques appliquées à la médecine, ce qui me motive davantage à poursuivre la recherche dans ce domaine.  

Sfµ. Quelle conférence vous a le plus marqué au congrès de la Sfµ ?

J’ai beaucoup apprécié la présentation de l’autre lauréat Enrico DI RUSSO. J’ai découvert avec un grand intérêt d’autres techniques microscopiques qui permettent d’avoir une meilleure connaissance de la matière à une échelle difficilement atteignable dans l’imagerie du vivant, ce qui m’a donné quelques idées pour la suite.

Sfµ. Quelle est à présent la suite de votre parcours ?

Je suis actuellement chercheur post-doctorant à l’Institut Langevin, ESPCI Paris, travaillant avec Prof. Claude Boccara sur un nouveau système d’imagerie de la rétine basé sur la tomographie par cohérence optique plein-champ en utilisant une illumination spatialement incohérente. Ce nouveau système permet une coupe optique virtuelle de la rétine avec une haute résolution dans un système assez simplifié, ce qui rendrait plus facile son adoption dans les milieux cliniques.

Sfµ. Quelle place la microscopie va jouer dans la suite de votre carrière ? 

J’espère qu’elle prendra beaucoup de place dans la suite de ma carrière, car je compte continuer dans le monde de la recherche et surtout dans celui de l’imagerie du vivant. C’est un monde fascinant et comprendre comment on peut maîtriser la lumière pour parvenir à imager des cellules vivantes, leur morphologie et leur fonction biologique, est un sujet passionnant pour moi.

[En savoir plus]

[Tous les articles]
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.